Andorre retarde encore le lancement de son casino terrestre

Posté le 11 mars par Valérie dans Actualité

La situation se complique pour le casino d’Andorre. Son lancement vient à nouveau d’être retardé à cause du conflit entre le gouvernement et l’opérateur Jocs SA. Celui-ci a décidé de faire appel après avoir vu sa candidature refusée par les autorités malgré un premier accord préalable. De leur côté, les autres casinotiers continuent à faire pression pour obtenir une licence.

Conflit entre gouvernement et casinotiers

L’histoire du marché des casinos terrestres d’Andorre remonte en 2014. À l’époque, le gouvernement avait annoncé son intention de légaliser les jeux. Il a alors lancé un appel d’offres pour trouver un opérateur qui serait prêt à ouvrir un casino sur son territoire. Une multitude de casinotiers ont manifesté leur intérêt comme Genting Group, Barrière et Partouche. Le traitement des candidatures va cependant prendre plus de temps que prévu. Au bout de 4 ans, les autorités dévoilent enfin le nom de l’heureux élu. Il s’agit de la firme de jeux locale Jocs SA. Celle-ci proposait un casino de 4 000 mètres carrés dans la capitale Andorre-la-Vieille pour un montant de 15 millions d’euros. La décision a rapidement mis le feu aux poudres. Les autres candidats estimaient en effet que le dossier retenu était le moins intéressant.

D’après eux, le gouvernement a favorisé Jocs SA, car il s’agissait d’un opérateur local. Pour calmer les tensions et pour éviter de figurer sur la liste noire des opérateurs, les autorités sont finalement revenues sur leur décision. À la fin du mois de janvier 2020, elles ont annoncé le retrait du projet à Jocs SA. Comme il fallait s’y attendre, la décision n’est pas passée. L’opérateur s’est en effet senti lésé et a choisi de faire appel devant le régulateur. Après de longues négociations, celui-ci a confirmé la décision du gouvernement.

Une longue bataille

L’opérateur Jocs SA est décidé à faire entendre sa voix et à obliger le gouvernement à revenir sur sa décision. Il dispose encore de 30 jours pour faire appel une dernière fois. Le régulateur disposera alors de 2 mois rendre sa décision. En cas d’échec, Jocs SA a prévu de porter l’affaire devant les tribunaux d’Andorre. La bataille s’annonce encore longue et difficile. Le marché des casinos quant à lui n’est pas prêt d’accueillir son premier opérateur de sitôt.