Comment les Japonais perçoivent les futurs casinos terrestres ?

Posté le 21 mars par Valérie dans Actualité

Le marché des casinos terrestres japonais a été annoncé et validé par le gouvernement. Malheureusement, celui-ci n’a toujours pas dévoilé le nom des premiers opérateurs autorisés à créer leur propre établissement. Ce retard s’expliquerait par la vision divergente entre les décideurs et le peuple nippon. Celui-ci voit en effet d’un mauvais oeil l’ouverture du marché des casinos.

L’intérêt d’un marché des casinos

Le gouvernement nippon rêve depuis longtemps à un marché régulé des casinos sur son territoire. Ce dernier constitue en effet une formidable source de revenus. Il permet avant tout de créer de nouvelles taxes. À noter d’ailleurs qu’au vu des prévisions concernant le chiffre d’affaires annuel des futurs exploitants japonais, le gouvernement pourrait toucher de belles sommes à titre de revenus fiscaux. Le marché des casinos possède également un intérêt particulier grâce à son impact sur le tourisme. Il permettrait notamment d’attirer une clientèle qui a fait les beaux jours de Macau à savoir les Chinois. Ces derniers possèdent en effet la réputation d’être excessivement généreux lors de leur session au casino. De nombreux marchés conçoivent d’ailleurs leur stratégie de sorte à cibler au mieux cette clientèle. Enfin, les casinos pourraient aussi permettre de véhiculer la culture nippone. Cela à travers les différents spectacles, mais aussi par l’intermédiaire de la gastronomie et de l’architecture.

Le souci du peuple

Lorsque les premières rumeurs concernant une éventuelle ouverture du marché des casinos sur le sol japonais ont commencé à se propager, le peuple nippon a particulièrement mal réagi. Il faut dire que le pays possède une relation assez conflictuelle avec les jeux d’argent. Ces derniers sont d’ailleurs interdits. Il existe toutefois une forme de jeu qui profite d’une autorisation exceptionnelle à savoir les pachinkos. Ce monopole provoque régulièrement des controverses. Les pachinkos génèrent en effet des milliards de dollars chaque année et ils se trouvent à l’origine de nombreux problèmes d’addiction et d’endettement. Lorsque le gouvernement a officiellement déclaré l’ouverture du marché des casinos, le peuple a ainsi exprimé son mécontentement. Selon les sondages, 65,1 % des Japonais se disent contre. À noter toutefois que selon Edward Tracey, le PDG de Hard Rock Japan, ces chiffres sont à relativiser. Il pense en effet que cette levée de boucliers s’explique par une mauvaise interprétation du terme « Integrates Resort ». Selon lui, les Japonais n’ont pas compris que les futurs casinos seront avant tout des lieux de divertissement avant d’être des temples destinés au jeu.