De nouveaux casinos en ligne suisses rejoignent la liste noire du gouvernement

Posté le 12 février par Valérie dans Actualité

Le régulateur du marché des casinos en ligne suisse vient de mettre à jour sa liste noire. De nouveaux opérateurs ont été identifiés comme illégaux et ont donc été bloqués par les fournisseurs d’accès internet. Au total, ils sont désormais 139 à avoir été sanctionnés par ESBK. Le gouvernement s’est déclaré satisfait du travail fourni par le régulateur. Le combat continue malgré tout, car il reste encore de nombreux opérateurs étrangers qui essaient d’appâter les joueurs suisses.

Chasse aux sorcières

Comme de nombreux pays européens, la Suisse a régulé son marché des jeux en ligne. L’initiative vise à ramener les devises dépensées par les joueurs sur des plateformes étrangères dans les caisses de l’État. Elle permet aussi de mieux surveiller les opérateurs et de proposer une meilleure protection contre les abus ainsi que la dépendance au jeu. Pour pouvoir opérer sur le marché légal, un casinotier doit obtenir une licence. Celle-ci est délivrée par l’ESBK, l’autorité de régulation. La mise en place d’un système légal n’empêche malheureusement pas certains sites non-licenciés d’attirer des joueurs suisses. Pour lutter contre cette offre illégale, le gouvernement a décidé de mettre en place une liste noire. Elle répertorie tous les casinos frauduleux. Elle sert de bases de données aux fournisseurs d’accès internet pour leur système de filtrage.

Concrètement, toutes les URLs recensées sont directement bloquées depuis la Suisse. En septembre 2019, la liste recensait 104 plateformes interdites. Durant le mois de janvier, cependant, le régulateur a identifié de nouveaux sites illégaux. Ils ont tous été bloqués. Au total, 32 nouveaux noms ont été ajoutés à la liste, dont certains sont connus comme Gratorama, Unique Casino et Bitstarz. À noter que le gouvernement suisse a également prévu des amendes pour les sites illégaux qui accueillent des Suisses. Les montants peuvent aller jusqu’à plusieurs millions d’euros.

Le modèle belge

Dans le monde des jeux d’argent en ligne, la Belgique est souvent citée comme un exemple. Le pays possède en effet un système strict qui place la protection du joueur au cœur de ses préoccupations. Les sites étrangers sont donc traqués sans relâche puis interdits. Les opérateurs légaux quant à eux doivent se soumettre à une multitude de contraintes notamment concernant la publicité. La Suisse souhaite s’inspirer du modèle belge pour son marché. Elle veut cependant pousser la notion de protectionnisme encore plus loin. Le pari est risqué, mais le gouvernement semble décider à maintenir sa position.