Le site de jeux 32Red doit payer 2£ millions d'amende

Posté le 26 juin par Valérie dans Actualité

La plateforme de jeux en ligne 32Red vient d’écoper d’une amende de la part de la Commission Britannique. Cette sanction fait suite à un manquement de la part de l’opérateur. Il aurait en effet autorisé un de ses joueurs à déposer plus de 758 000 livres sans enquêter sur l’origine des fonds.

Un comportement suspect

Sur le marché des jeux en ligne Britannique, il existe une multitude de règles auxquelles les opérateurs doivent se plier pour préserver leur licence. Ils s’engagent notamment à protéger les joueurs et à lutter activement contre le blanchiment d’argent. Pour cela, ils ont le devoir de surveiller les activités de leurs clients et de procéder à une enquête en cas de comportements suspects. Malheureusement, il arrive que l’appât du gain soit plus fort. Du coup, les opérateurs préfèrent laisser leurs clients tranquilles pour éviter qu’ils n’aillent voir chez la concurrence. Ces derniers ont alors la possibilité d’effectuer des dépôts astronomiques sans jamais être inquiétés. Heureusement, la Commission Britannique veille et elle a déjà prouvé son efficacité à plusieurs reprises.

Après avoir sanctionné des opérateurs de taille comme SkyBet, William Hill ou GVC Holdings, elle s’est intéressée au cas de 32Red. La plateforme aurait autorisé un de ses joueurs à déposer plus de 758 000 livres entre novembre 2014 et avril 2017 sans jamais enquêter sur l’origine des fonds. Pire, elle lui aurait même offert à plusieurs reprises des bonus gratuits. Après enquête, la Commission Britannique a découvert que le joueur gagnait un salaire net de 2 150 livres par mois. En d’autres termes, il n’avait pas les moyens de s’adonner à de tels excès sur 32Red. Face à la gravité de l’affaire, la Commission Britannique a décidé de sanctionner sévèrement l’opérateur. Il va devoir s’acquitter d’une amende de 2 millions de livres.

Un régulateur efficace

La Commission Britannique a beaucoup fait parler d’elle ces dernières années. Elle semble en effet être la plus efficace dans son rôle de régulateur. Elle enquête sur les affaires suspectes et elle n’hésite pas à sanctionner les opérateurs en cas de faute. D’ailleurs, elle semble être la seule à imposer des amendes adaptées à l’envergure de ces acteurs qui pèsent plusieurs milliards.